Le samouraï du crépuscule

Publié le par SHREK



Titre Original : Tasogare Seibei
Année de Production : 2002 (Japon)
Réalisation : Yôji Yamada
Acteurs Principaux : Hiroyuki Sanada et Rie Miyazawa
Genre : Film de samouraïs, Chambara (films de batailles de sabres)



Résumé :
l suffit de savoir que l’histoire se déroule à la fin de l’ère Togukawa,
que les samouraïs vivent leur tragique déclin, que la réforme de Meiji est imminente,
 et que Seibei Iguchi n’est qu’un modeste samouraï de basse caste appartenant à un clan
 obéissant aux ordres du Shogun. Sa femme récemment décédée après une longue maladie
 ainsi que des funérailles coûteuses portent un coup fatal aux finances de Seibei.

Après son travail dans l’entrepôt du village, il rentre tous les soirs directement chez lui
pour labourer ses champs, fabriquer des cages à souris et prendre soin de ses deux filles
 et de sa mère sénile. Ses “collègues” et ses voisins le surnomment rapidement M. Crépuscule
 puisqu’il rentre avant le coucher du soleil, contrairement aux autres
 hommes friands d’alcool et de femmes.

Le cinéaste dépeint son existence sur un rythme qui renvoie au cinéma japonais de la vie domestique.
Une lenteur exquise à laquelle il faut se laisser aller, même si on est venu chercher  ici les émotions
fortes du combat.  Il y a là aussi une volonté documentaire qui peint ce qu'étaient les difficultés quotidiennes
du temps : se faire soigner, payer l'éducation de jeunes enfants.


Synthèse :
Déjà la réalisation, les décors et les costumes (la costumière n’est autre que la fille du grand Akira Kurosawa !) plongent le spectateur au cœur du Japon médiéval. Que l’on soit amoureux de la culture japonaise ou pas, on ne peut qu’être émerveillés devant des mœurs si différentes des nôtres.

Yoji Yamada nous offre un petit aperçu de ce qu’était la vie d’un samouraï, loin des stéréotypes du Rônin, du Vagabond ou de l’invincible guerrier, et en se basant sur une structure narrative très proche de celle du premier volet (La Servante et le Samouraï).

Le film a remporté en 2003 lors de la cérémonie des Japan Academy Awards douze récompenses (un record !) dont celui du Meilleur Film, du Meilleur Réalisateur, du Meilleur Acteur et de la Meilleure Actrice. Sans oublier une nomination pour l’Oscar du Meilleur Film Etranger en 2003 et une Sélection pour le Festival de Berlin en 2003.

Publié dans cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article