Aïkido : le salut, l'étiquette !!

Publié le par SHREK

Accepter l'étiquette, respecter le rituel, c'est d'abord affirmer son désir d'apprendre quelque chose en se mettant à l'école orientale; c'est ensuite faciliter l'échange  entre deux civilisations et montrer son intention de comprendre un mode de pensée et un mode de faire différents.

Cela suppose une certaine ouverture d'esprit, une grande curiosité et aussi  beaucoup  d'humilité.

Dans le contexte d'un art martial, les relations entre enseignés, entre élève  et maître (prof) sont directement calquées sur  l'étiquette et l'esprit du bushido. Leur raison d'être et leur nature dépassent cependant largement le cadre de la stricte observance d'un code rigide, et cela, même si l'on admet  que  ce trait caractéristique d'une mentalité féodale et guerrière persiste encore dans la culture japonaise et pèse de toute son influence dans la détermination de la personnalité japonaise contemporaine.

L'étiquette à elle seule, et son acceptation pour tous les éléments de la communauté, constitue en quelque sorte la régle du jeu. Elle évite les excès de toute sorte, de familiarité ou de laisser-aller. Elle rend la vie en communauté plus aisée en obligeant chacun à contrôler les moindres détails de sa conduite. Elle oblige à l'éffort, et fait appel à la volonté de chacuns. En cela, elle suffit à créer du mieux en chacun des pratiquants.

Sans savoir de quoi il s'agit exactement, les débutants perçoivent cette ambiance si différente de celle des salles de sport et des stades. Ils vivent en eux-mêmes, l'impression d'ordre et de calme qui imprègne toute salle.
Ils attendent qu'on leur explique ces principes de retenue, qui permettent aux initiés une certaine maîtrise personnelle.



tiré du livre de André PROTIN...  AIKIDO un art martial, une autre façon d'être.

Publié dans Aïkido

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article